Dix-huitième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Avis : Ces documents ne sont plus d'actualité. Ils sont archivés et demeurent en ligne à titre de référence seulement. Fonctionalités peuvent être réduites.

Table des matières

I. Introduction

Notre contexte opérationnel
Contenu du rapport

II. Certaines réalisations de 2010

III. Renouvellement de la fonction publique : une évaluation des progrès

IV. L’avenir du renouvellement

Comité consultatif nommé par le Premier ministre
Un engagement envers l’excellence

Gestion
Politiques
Prestation de programmes et de services
Réglementation

Priorités pour 2011

Mobilisation des employés au programme d’excellence
Renouvellement de l’effectif
Renouvellement du milieu de travail

Communication de rapports

V. Conclusion

Annexe A : La fonction publique fédérale en chiffres — profil démographique de 2010

Annexe B : Plan d’action 2010-2011 pour le renouvellement de la fonction publique — Rapport d’étape

Annexe C : Rapport du Comité consultatif sur la fonction publique nommé par le Premier ministre


I. Introduction

Il s’agit de mon deuxième rapport au Premier ministre depuis que je suis devenu greffier du Conseil privé en juillet 2009. Au cours des 18 derniers mois, j’ai eu l’occasion de me rendre à de nombreux endroits différents au Canada et de rencontrer des fonctionnaires qui accomplissent de multiples tâches différentes. Je suis toujours impressionné par leur énergie, leur passion, leurs connaissances et leurs compétences, ainsi que par leur dévouement au service des Canadiens. Je suis fier d’être l’un d’entre eux.

Notre contexte opérationnel

Depuis mon entrée en fonction, j’ai eu l’occasion de constater que la fonction publique est toujours en mesure de relever les défis de l’heure — que ce soit les efforts extraordinaires qui ont été déployés au nom des Canadiens qui ont été durement touchés par la crise financière ou les efforts pour aider les Canadiens se trouvant dans les régions de l’Afrique du Nord en situation de crise.

Les fonctionnaires ont aidé à atténuer les effets du ralentissement économique mondial sur les Canadiens en travaillant avec des gouvernements successifs pour favoriser un système de réglementation financière robuste et une assise budgétaire solide pour le pays. Les fonctionnaires ont aussi agi rapidement et efficacement pour mettre en œuvre les mesures de stimulation contenues dans le Plan d’action économique du gouvernement.

La crise financière a démontré à quel point les économies d’aujourd’hui sont interconnectées et l’équilibre géopolitique change. Les enjeux nationaux sont aussi de nature de plus en plus complexe et « horizontale ». Le vieillissement de la population du Canada, par exemple, a des répercussions non seulement sur les soins de santé, mais aussi sur les dépenses de consommation, les marchés du travail, l’immigration et d’autres éléments. De tels enjeux ne peuvent pas être traités de façon isolée ou par des gouvernements qui agissent seuls. Ils nécessitent des efforts coordonnés de la part de nombreux acteurs au Canada et une collaboration avec des partenaires de l’étranger.

Nous sommes dans une période de contraintes budgétaires. Durant cette période, certains de nos efforts en vue de rétablir l’équilibre budgétaire nécessiteront de notre part une plus grande efficacité et la prestation de meilleurs services aux Canadiens, et ce, avec moins de ressources. Pour y arriver, nous devrons examiner à la loupe nos activités et nos processus. Je crois que ces efforts donneront lieu à une diminution de la taille de la fonction publique, quoique que cela ne soit pas l’objectif principal.

Les Canadiens et les Canadiennes ne peuvent assumer les défis à l’étranger et au pays sans une solide contribution de la fonction publique fédérale. La qualité de notre travail revêt une importance — non seulement pour le gouvernement, mais pour nos concitoyens.

Au fur et à mesure que de nouvelles recrues joindront notre fonction publique et que de nouvelles technologies façonneront notre milieu de travail, nos façons de faire évolueront. Nous devons continuer à nous adapter et à innover si nous souhaitons être en mesure de répondre aux besoins futurs des Canadiens.

Contenu du rapport

Le présent rapport porte sur ce que nous avons accompli et sur les défis que nous réserve l’avenir, à titre de fonctionnaires. J’y

  • souligne certaines réalisations de la fonction publique au cours de la dernière année;
  • évalue les progrès accomplis au chapitre du renouvellement;
  • décris comment j’imagine l’orientation future de la fonction publique;
  • établis des priorités précises pour les sous-ministres et pour tous les fonctionnaires.

II. Certaines réalisations de 2010

La dernière année a été riche en réalisations exceptionnelles, accomplies par plusieurs milliers de fonctionnaires fédéraux travaillant au sein d’organisations de grande et de petite taille. Voici quelques exemples illustrant ce que nos collègues ont accompli.

Service Canada et la province de l’Ontario
Au cours de la dernière année, le personnel de Service Canada a travaillé de près avec les fonctionnaires ontariens pour créer le Plan d’action mixte en matière d’intervention rapide, en vue de répondre aux besoins des travailleurs, des employeurs et des collectivités touchés par les mises à pied massives. Dans le cadre de cette initiative, Service Canada et les fournisseurs de services locaux se sont rapidement mobilisés pour aider les Ontariens à surmonter le ralentissement économique et à s’en sortir bien préparés pour les emplois futurs.

À l’appui d’une initiative entreprise en 2009, les fonctionnaires ont travaillé étroitement avec leurs collègues des administrations provinciales, territoriales et municipales pour mettre en œuvre les mesures de stimulation du Plan d’action économique, et ce, avec une rapidité et une efficacité remarquables.

Les fonctionnaires fédéraux ont émis des prestations d’assurance-emploi, appuyé les industries touchées et facilité les améliorations des infrastructures partout au pays. Ces mesures ont permis à des millions de Canadiens de se porter mieux aujourd’hui, tout en léguant un héritage durable aux générations futures.

Au mois de juin, le Canada a accueilli les sommets du G8 et du G20. Les fonctionnaires ont contribué de façon importante à la réussite de ces initiatives; ils ont organisé ces deux événements internationaux majeurs l’un à la suite de l’autre, un exploit sans précédent.

Au sommet du G8, les dirigeants mondiaux se sont concentrés sur les enjeux cruciaux dans les domaines de la sécurité, la paix mondiale et le développement. Ils ont adhéré à l’initiative Muskoka, qui aidera à sauver la vie de femmes et d’enfants dans les pays les plus pauvres du monde. Lors du sommet du G20, à Toronto, les dirigeants des économies avancées se sont engagés dans des plans budgétaires qui réduiront au moins de moitié les déficits d’ici 2013 et stabiliseront ou réduiront les ratios de la dette au PIB d’ici 2016. Des progrès ont aussi été réalisés relativement à la réforme du secteur financier et des institutions financières internationales. De tels événements importants contribuent à faire la démonstration du leadership du Canada au sein de la communauté internationale.

Nous avons récemment été témoins d’importants soulèvements au sein de certains régimes nord-africains, et d’autres pourraient survenir. En réaction à ces événements, nous avons participé à l’évacuation sécuritaire de Canadiens dans ces régions en crise; nous avons également contribué à l’application de sanctions internationales et de mesures d’aide.

La contribution du Canada à la sécurité et au développement de l’Afghanistan fait grand honneur aux hommes et aux femmes des Forces canadiennes, ainsi qu’au personnel de plusieurs ministères et organismes fédéraux qui supportent les efforts de tout le gouvernement. Leur travail en Afghanistan et au Canada témoigne de notre capacité de relever ensemble les défis communs. Au cours de ma visite à Kaboul et à Kandahar en janvier 2011, j’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreux collègues qui y sont déployés et j’ai été frappé par la façon dont ils travaillent ensemble loin de chez eux.

III. Renouvellement de la fonction publique : une évaluation des progrès

Lorsque le renouvellement est devenu la principale priorité de gestion de la fonction publique en 2006, on se préoccupait des données démographiques concernant l’effectif de l’institution et de sa capacité d’attirer des personnes de talent. Depuis ce temps, des progrès mesurables ont été réalisés en ce qui a trait aux quatre piliers que nous avons définis : planification intégrée, recrutement, perfectionnement des employés et renouvellement du milieu de travail.

Voici les résultats des efforts déployés au cours des quelques dernières années :

  • Les administrateurs généraux et leurs équipes de gestion se sont beaucoup plus concentrés sur la gestion des personnes.
  • Les ministères et les organismes se sont améliorés au chapitre de la planification intégrée : ils établissent désormais des liens entre leurs plans de ressources humaines et les plans opérationnels généraux.
  • Le recrutement se fait de façon beaucoup plus systématique, et le calibre des nouveaux employés dans la fonction publique est plus élevé que jamais.
  • Des progrès tangibles ont été réalisés en ce qui concerne les plans d’apprentissage individuels et les discussions sur le rendement, entre autres.
  • Nous avons commencé à moderniser nos systèmes de paie et de pensions, qui datent d’une quarantaine d’années.
  • Des initiatives comme le Processus opérationnel commun des ressources humaines ont permis de rationaliser et de rendre plus efficientes les activités liées au personnel.

Le renouvellement de la fonction publique au cours des cinq dernières années a aussi accru la diversité de notre effectif. Les personnes handicapées et les Canadiens d’origine autochtone sont maintenant bien représentés dans la fonction publique, et les femmes composent maintenant plus de la moitié de l’effectif. Le taux de représentation des minorités visibles a aussi augmenté considérablement, quoiqu’il demeure en deçà des taux ayant cours dans l’ensemble de la main-d’œuvre canadienne. 

Reconnaissance de notre inclusivité

Sept organismes fédéraux étaient parmi les 45 meilleurs employeurs pour la diversité au Canada en 2011 :
  • Banque de développement du Canada
  • Société canadienne d’hypothèques et de logement
  • Société canadienne des postes
  • Commission canadienne du blé
  • Santé Canada
  • Ressources humaines et Développement des compétences Canada
  • Statistique Canada

La dualité linguistique du Canada continue à être respectée au sein de la fonction publique. Il reste toutefois encore à faire pour que les citoyens reçoivent des services de qualité dans les deux langues officielles et pour créer des environnements de travail favorisant l’utilisation des deux langues officielles.

Le renouvellement est en constante évolution. Il est toutefois important de préciser que beaucoup de travail a déjà été accompli, grâce aux efforts des gestionnaires et des employés de partout aux pays. Mais il reste beaucoup à faire.

IV. L’avenir du renouvellement

J’estime que nous entrons dans une nouvelle phase de l’évolution de la fonction publique. La quasi-totalité des enjeux auxquels fait actuellement face le gouvernement sont multidimensionnels; presque tous ces enjeux concernent plusieurs acteurs, dans un contexte de surabondance d’information. Cette complexité constitue un défi pour le traditionnel modèle de Westminster, fondé sur le principe de la responsabilité et du pouvoir ministériels individuels.

Aujourd’hui, nous devons effectuer notre travail dans un environnement de plus en plus transparent et dans un cycle médiatique en continu, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Bien que nous ayons toujours été tenus de rendre des comptes sur l’utilisation à bon escient des fonds publics, notre régime de surveillance est d’autant plus complexe, et fait appel à de multiples agents du Parlement et des comités parlementaires de plus en plus actifs.

Campagne « 0droguepourmoi de Santé Canada »
Cette campagne de prévention de la toxicomanie chez les jeunes, qui s’inscrit dans la Stratégie nationale antidrogue, est la première que mène le gouvernement du Canada auprès des jeunes âgés de 13 à 15 ans au moyen des médias sociaux, comme Facebook, Twitter et YouTube. Elle encourage le dialogue entre pairs au sujet des effets néfastes des drogues et de la façon de dire « non ». La campagne connaît du succès auprès des jeunes, avec plus de 647 500 visites enregistrées sur le site 0droguepourmoi, 45 000 personnes qui aiment la page Facebook et 97 000 visionnements sur YouTube.

La composition démographique de la fonction publique continuera de changer — plus de la moitié de notre effectif a été recruté depuis l’année 2000. Cette nouvelle génération d’employés nous arrive avec une énergie, des compétences et des attentes nouvelles. Il sera essentiel de tirer le meilleur parti de la riche diversité des parcours, des expériences et des idées pour réussir au cours des années à venir.

Pour relever ces nombreux défis, la fonction publique doit améliorer sa capacité d’affronter la complexité. Cela nécessitera l’adoption de nouvelles approches axées sur la collaboration et la créativité dans la résolution de problèmes. Nous devrons aussi travailler avec d’autres ordres de gouvernement, le secteur privé, la société civile et les citoyens. Tous ces acteurs exigent de tenir un rôle accru dans la formulation des politiques publiques ainsi que dans l’élaboration et la prestation de programmes et de services. 

À mesure que nous progressons, nous devons continuer de tirer profit des nouvelles technologies. L’Internet et le Web 2.0 font désormais partie intégrante de la vie personnelle de la plupart des fonctionnaires. Au sein de la fonction publique, nous commençons à nous faire aux nouveaux outils Web 2.0 et à mieux les utiliser. Cependant, nous pouvons en faire plus pour tirer le maximum de leur utilité afin d’accroître l’efficience de la prestation de services, la rapidité de l’échange de connaissances et d’information ainsi que l’efficacité de la collaboration.

En nous adaptant à ces nouvelles réalités, nous serons guidés par les valeurs durables de la fonction publique : respect de la démocratie, respect envers les personnes, intégrité, intendance et excellence. Ces valeurs continueront à définir notre rôle et nos fonctions, à titre de fonctionnaires. Grâce à une solide approche de travail fondée sur ces valeurs il sera plus facile d’affronter des situations complexes. Il s’agira aussi de soutenir les efforts visant à créer une culture de l’innovation et de la prise intelligente de risques au gouvernement.

Comité consultatif nommé par le Premier ministre

Les membres du Comité consultatif sur la fonction publique nommé par le Premier ministre (le Comité) offrent au Premier ministre un point de vue externe sur les principaux enjeux qui touchent la fonction publique.

Le cinquième rapport du Comité est joint au présent rapport. Les membres du Comité réaffirment le rôle essentiel que joue la fonction publique, par les services qu’elle offre aux Canadiens et au gouvernement. Ils soulignent que le renouvellement est plus impératif que jamais, compte tenu du monde complexe et changeant dans lequel nous vivons.

Dans son rapport, le Comité réclame ce qui suit :

  • Transformer les processus, les systèmes et la culture, au moyen de technologies éprouvées, pour offrir de meilleurs services aux Canadiens et moderniser les services administratifs à l’échelle de la fonction publique.
  • Investir dans la réflexion à long terme — un des rôles les plus importants de la fonction publique.
  • Examiner le régime de surveillance, en vue de réduire les exigences de rapports multiples, sans sacrifier la responsabilisation.

L’analyse et les recommandations précieuses du Comité devraient être lues conjointement au présent rapport. Elles montrent comment les enjeux et les préoccupations de la fonction publique se répercutent chez les citoyens de partout au Canada et nous rappellent l’importance d’obtenir des conseils de l’extérieur sur les questions qui touchent tous les Canadiens.

Un engagement envers l’excellence

Les Canadiens ont besoin d’une fonction publique très performante qui est en mesure de produire des résultats dans un monde qui change rapidement, et ils s’attendent à une telle performance.

Que les efforts de renouvellement se concentrent sur l’effectif ou sur le milieu de travail, l’objectif est d’atteindre l’excellence dans tous les aspects de nos activités — dans la gestion, les politiques, la prestation de programmes et de services ainsi que la réglementation.

L’excellence se manifestera différemment dans les nombreux domaines d’activités du gouvernement, mais dans tous les cas, il s’agira de se concentrer sur les résultats ainsi que de s’adapter et de réagir à un environnement complexe.

Gestion

La fonction publique du Canada a une bonne réputation à l’échelle internationale en matière de rendement organisationnel et de gestion financière de haute qualité. Nous avons beaucoup investi dans notre capacité à ce chapitre. Aujourd’hui, nous procédons à la planification selon les objectifs stratégiques déclarés; nous mesurons les résultats obtenus et en faisons rapport; et nous comprenons et appliquons les principes et les pratiques de la gestion moderne de la fonction publique.

Il s’agit maintenant de miser sur nos forces dans ces domaines, puis de cerner les tâches que le gouvernement doit accomplir lui-même et celles qui sont mieux accomplies par d’autres. Lorsque d’autres ressources pourront accomplir certaines tâches, nous devrons faire preuve d’ouverture et développer la compétence de passer de la capacité d’effectuer ce travail nous-mêmes à celle de travailler en partenariat avec les autres ressources qui s’en chargeront en notre nom.

Particulièrement en cette période de contraintes budgétaires, les gestionnaires jouent un rôle essentiel dans la direction des employés et la gestion axées sur l’excellence du rendement. Pour y arriver, ils doivent être en mesure de planifier efficacement et de s’assurer que le personnel cible les priorités. Les gestionnaires doivent être capables d’engager le personnel dans la recherche de meilleurs moyens d’offrir les services. Ils doivent maintenir la motivation des employés en période d’incertitude et collaborer au-delà des limites de chaque ministère pour atteindre des objectifs partagés. Les gestionnaires doivent pousser leur réflexion au-delà des préoccupations actuelles afin de s’assurer qu’ils ont la capacité de s’attaquer également aux priorités futures.

Politiques

Comme le souligne le Comité consultatif nommé par le Premier ministre dans son rapport actuel, dans l’environnement complexe d’aujourd’hui, il est essentiel que la fonction publique conserve la capacité de fournir des conseils de haute qualité en matière de politiques à long terme. Même si une bonne partie de notre travail aura des objectifs précis et un horizon plus court, nous devons toujours être en mesure d’élargir notre réflexion sur les questions de politiques à plus grande portée et à long terme qui touchent notre pays.

L’excellence en matière de politiques signifie de s’appuyer sur des faits et des analyses dans la préparation de conseils au gouvernement. La simple information — peu importe sa source — ne peut se substituer au savoir ni à la rigueur analytique.

L’excellence en matière de politiques repose aussi sur la collaboration. Comme les enjeux sont maintenant tellement complexes et interdépendants, nous devons apprendre à mieux travailler horizontalement, avec des collègues d’autres organisations et à l’extérieur des limites de la fonction publique.

Une mobilisation renforcée — avec les autres ordres de gouvernement, le milieu universitaire, les groupes de réflexion, les organisations non gouvernementales et les citoyens — aidera à accroître la qualité de nos conseils de la fonction publique et engendrera de meilleurs résultats pour les Canadiens.

L’une des forces de la démocratie canadienne réside dans le rôle que joue la fonction publique en donnant aux ministres des conseils professionnels et non partisans au sujet des politiques. Ce rôle est au cœur des valeurs de notre fonction publique.

Prestation de programmes et de services

Les meilleurs conseils en matière de politiques ont peu de valeur sans une mise en œuvre solide. L’excellence dans la prestation de programmes et de services signifie de transformer les orientations de politiques claires des ministres en résultats concrets pour les Canadiens. 

Examen des services administratifs
Dans le cadre de l’Examen des services administratifs, instauré dans le budget de 2010, on étudie des moyens de simplifier, de normaliser et de consolider la prestation des services et des processus administratifs internes (p. ex. les services de technologies de l’information et les biens réels) et des services aux Canadiens. L’Examen nous aidera à transformer notre modèle opérationnel en opérant une transition de systèmes inefficaces et morcelés à des approches pangouvernementales intégrées qui nous permettront d’améliorer la prestation des services tout en en diminuant les coûts.

Il y a une dizaine d’années, le Canada était considéré comme un chef de file international en matière de prestation de services, grâce à des initiatives comme Gouvernement en direct, mais nous sommes en perte de vitesse. Dans cet univers numérique, notre approche « verticale », ministère par ministère, de prestation de services n’est pas seulement inefficace, elle n’arrive pas à répondre aux attentes des Canadiens, qui réclament des guichets uniques où toute une gamme de services serait offerte.

Nous avons aujourd’hui une occasion de récupérer le rôle de leader dont nous avons déjà joui en matière de prestation de programmes et de services. En normalisant davantage les systèmes et en assurant leur interopérabilité, nous pouvons simplifier et moderniser l’exécution de nos programmes et services. En adoptant une approche pangouvernementale, nous pouvons réduire les coûts tout en améliorant la qualité des services offerts aux Canadiens. Nous serons en mesure de leur offrir des services rapides et de haute qualité, auxquels ils s’attendent maintenant dans tous les autres aspects de leur vie.

Réglementation

La réglementation efficace est une responsabilité essentielle du gouvernement. La réglementation est indispensable à la santé et à la sécurité des Canadiens, à la protection de l’environnement, au fonctionnement harmonieux de l’économie ainsi qu’à la préservation de nos droits et libertés individuels.

L’excellence en matière de réglementation est une question de compréhension et d’équilibre des intérêts des intervenants. Elle consiste à gérer efficacement les risques et à voir à ce que les coûts liés à la conformité aux règlements soient raisonnables pour ceux qui y sont assujettis. De plus en plus, cette excellence équivaut aussi à collaborer étroitement avec les organes de réglementation d’autres administrations pour rationaliser et uniformiser les processus et les exigences. Enfin, cette excellence signifie d’être transparents dans le processus décisionnel ainsi que de communiquer efficacement avec les intervenants et les citoyens.

Le Conseil États-Unis–Canada de coopération en matière de réglementation et la Commission de réduction des formalités administratives sont deux initiatives gouvernementales annoncées récemment qui, avec notre soutien, donneront lieu à une réglementation plus efficace pour les Canadiens.

En résumé, ces aspects (gestion, politiques, prestation de programmes et de services et réglementation) constituent les principales responsabilités de la fonction publique. Nous devons produire des résultats dans toutes ces dimensions de notre responsabilité si nous voulons être à la hauteur des attentes du gouvernement et des Canadiens.

Priorités pour 2011

Au cours des dernières années, on a demandé aux sous-ministres et aux organismes centraux de donner suite aux priorités mesurables énoncées dans les plans d’action pour le renouvellement de la fonction publique. Cette approche a permis d’assurer des progrès continus par rapport aux quatre piliers du renouvellement : planification intégrée, recrutement, perfectionnement des employés et renouvellement du milieu de travail.

Dorénavant, nos activités de renouvellement s’articuleront autour des trois grands thèmes suivants : mobilisation des employés au programme d’excellence, renouvellement de l’effectif et renouvellement du milieu de travail.

Mobilisation des employés au programme d’excellence

J’ai souvent eu l’occasion de présenter ma vision de l’excellence. Elle représente un engagement partagé à préserver une culture de rendement élevé dans la fonction publique.

Au cours des prochains mois, je veux que les administrateurs généraux et tous les gestionnaires soient plus explicites dans leur quête de l’excellence. Je leur demande d’établir des objectifs de renouvellement clairs, de travailler à améliorer la capacité organisationnelle d’atteindre ces objectifs ainsi que de favoriser l’atteinte des objectifs de renouvellement à tous les niveaux de leur organisation.

Renouvellement de l’effectif

Pour atteindre l’excellence, il faut d’abord avoir des personnes compétentes et motivées, alignées sur les objectifs de l’organisation. Les personnes qui composent la fonction publique d’aujourd’hui apportent leur engagement, leur savoir-faire et leur expérience. Il sera primordial de tirer pleinement parti de leurs contributions pour atteindre des résultats pour les Canadiens. Cette démarche nécessite des données et une planification solides en ce qui a trait à l’effectif, un recrutement adapté et un investissement ciblé dans le perfectionnement des employés, afin de satisfaire des besoins organisationnels précis.

Activités du Camp de culture de collaboration (C3)
Les fonctionnaires continuent de chercher des moyens d’abattre les cloisons pour collaborer plus efficacement. Les activités du C3 en sont un exemple récent. Ces activités d’apprentissage gratuites (conférences, ateliers, réseautage et mentorat) sont organisées par des fonctionnaires à l’intention de leurs pairs, et ce, dans le but de partager et de propager la notion du pouvoir et de la collaboration et de sa valeur.

Un engagement au renouvellement signifie de s’engager à perfectionner les employés actuels et à tirer le meilleur parti des compétences et des talents de chacun. J’encourage aussi tous les employés à s’investir activement dans leur perfectionnement professionnel en trouvant des occasions de collaborer et d’échanger avec des pairs, en établissant des liens avec des mentors et en recherchant des occasions d’obtenir des affectations élargies. 

Une excellente gestion, au niveau des administrateurs généraux et dans l’ensemble de l’organisation, permettra aux employés de se fixer des objectifs ambitieux et de les atteindre. Notre but devrait être de transformer le rendement, d’établir des normes élevées et de s’attendre à ce que les employés les atteignent.

Renouvellement du milieu de travail

Un milieu de travail moderne et sain favorise la productivité, un effectif plus mobilisé et l’atteinte de meilleurs résultats pour les Canadiens. Les administrateurs généraux et les gestionnaires ont la responsabilité de créer un milieu de travail qui favorise le mieux-être, le bien-être et la productivité de nos employés.

Après le dépôt de mon dernier rapport, j’ai sollicité, sur GCPEDIA, des avis sur les façons de renouveler nos milieux de travail. On a émis plusieurs idées, dont j’ai fait part aux administrateurs généraux. La plupart des idées concernaient à juste titre la nécessité d’un changement de culture dans la fonction publique. Nous devons développer une culture plus axée sur le rendement, la collaboration et l’innovation en faisant, par exemple, un meilleur usage des outils Web 2.0 pour exercer nos activités.

Je sais que nous pouvons encore améliorer grandement les systèmes administratifs internes et les processus opérationnels courants. Nous devons aussi améliorer notre capacité de planifier, à tous les niveaux de l’organisation, et évaluer les progrès réalisés. La clarification des objectifs contribue à aligner les efforts et à améliorer les résultats. Nous devons renforcer notre capacité d’exécution pour réaliser des projets, depuis l’étape du remue-méninges jusqu’à l’atteinte de résultats significatifs et mesurables.

Enfin, toutes nos activités doivent demeurer fermement enracinées dans les valeurs de la fonction publique. Voilà les solides assises sur lesquelles nous construirons la fonction publique de demain.

Communication de rapports

On demande aux administrateurs généraux de faire rapport, d’ici le 1er février 2012, de leurs efforts et de leurs réalisations à l’appui du renouvellement. En particulier, ils rendront compte de l’atteinte de l’excellence au sein de leur organisation, selon les thèmes suivants :

  1. Mobilisation des employés au programme d’excellence

    • Quels objectifs de renouvellement ont-ils fixés pour permettre aux employés d’atteindre l’excellence dans tous leurs secteurs d’activités?
    • Quelle est leur capacité organisationnelle d’atteindre ces objectifs, et quelles mesures ont-ils prises pour corriger les lacunes?
    • Quel est le niveau de mobilisation de leurs employés, et quelles mesures ont-ils prises pour accroître cette mobilisation?
  2. Renouvellement de l’effectif

    • Quel est le niveau d’efficacité de leur organisme au chapitre de la gestion des personnes, du rendement et des connaissances? Comment la diversité est-elle intégrée dans la culture organisationnelle? Comment l’utilisation des deux langues officielles est-elle favorisée? Comment ces aspects s’améliorent-ils?
  3. Renouvellement du milieu de travail

    • Comment ont-ils favorisé la planification, la collaboration et les nouvelles façons de travailler au sein de leur organisation?

V. Conclusion

Il nous revient à tous de mettre à profit les investissements des cinq dernières années dans le renouvellement et de nous concentrer sur la création de la fonction publique de l’avenir. À cette fin, nous devrons changer notre manière de travailler et d’établir des relations les uns avec les autres, sans perdre de vue nos valeurs traditionnelles et notre vocation qui consiste à servir le Canada.

En ayant l’excellence comme mot d’ordre, nous nous appuierons sur l’engagement et le professionnalisme qui caractérisent depuis longtemps la fonction publique du Canada. Nous avons la responsabilité de montrer aux Canadiens que ce qu’ils investissent dans leur fonction publique leur rapporte le maintien d’institutions publiques plus solides qui peuvent répondre à leurs besoins de manière plus efficace et efficiente.

J’ai pu constater ce dont nous sommes capables lorsque confrontés à un défi. Bien que je tienne toujours les administrateurs généraux responsables, j’exhorte tous les fonctionnaires à trouver des façons, quelles qu’elles soient, d’accroître notre capacité de soutenir et de renforcer notre grand pays. Pour atteindre le niveau d’excellence visé, tous les fonctionnaires devront se mobiliser et collaborer, et faire preuve de créativité.

Les fonctionnaires peuvent prendre part au renouvellement, et je les encourage à le faire.


[Précédent] [Table des matières] [Suivant]